Rechercher

Salade d'endives, poire et bleu

Mis à jour : 26 oct. 2020

Je ne peux m’empêcher, même si le froid est en train d’arriver à grands pas, de vous faire partager ma dernière recette d’automne, ma version gourmande de la traditionnelle salade d’endives. On va rentrer dans l’hiver et manger des crudités ne sera plus trop recommandé, celles-ci étant trop froides et demandant trop d’énergie pour être digérées. C’est pourtant un plat que j’adore. Pourquoi ? Car l’endive est de saveur amère, en lien avec l’organe Cœur et que moi, quand j’ai un petit vide de Cœur (vous comprendrez ce que cela veut dire), je ne peux me rabattre sur le chocolat, de saveur amère, lui aussi, car je n’aime pas du tout son goût, depuis ma plus tendre enfance, alors…je me rattrape avec cette petite salade d’endives réconfortante. Il y a dedans des ingrédients réchauffants comme le fromage bleu, l’œuf, les petites graines et la vinaigrette. La poire en revanche est, comme les endives, de nature fraiche. Si vous voulez être moins rafraichi, vous pourrez mettre une pomme à la place d’une poire, rajouter des raisins secs. Tous les ingrédients sont de couleur blanche, couleur de l’automne et du Poumon.



Salade d’endives, poire et bleu

Pour 2 personnes : 3 endives, 1 poire, 100g de fromage bleu, type fourme d’Amber, 2 œufs, 1 poignée de mélange de graines, type tournesol, courge, pignons, 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre, 1 cuillère à soupe d’huile végétale, 1 cuillère à soupe d’huile de sésame grillé, sel, poivre

Faire cuire les 2 œufs 10mn, à partir de l’ébullition, pour qu’ils soient entre mollets et durs.

Laver et éplucher les endives, les couper en petites lamelles. Eplucher le poire, la couper aussi en lamelles et la rajouter dans les endives, ainsi que le fromage bleu coupé en petits morceaux et les graines. Préparer une vinaigrette avec les ingrédients ci-dessus. La verser dessus, remuer. Servir chaque assiette avec son œuf… Ce que je n’ai pas fait sur la photo !

Indications thérapeutiques des aliments principaux :

L’endive n’existe pas dans la classification chinoise des aliments, on pourrait l’assimiler à la chicorée, à la scarole ou à la roquette, toutes ces salades au goût amer qui sont de nature fraiche à froide, de saveur amère et de tropismes Foie, VB, Cœur, Estomac. Par sa saveur amère, l’endive assèche la chaleur humidité, surtout au niveau du Foie (ictères, jaunisse), mais aussi au niveau de la Vessie (cystites, mictions urgentes, douloureuses) et pour traiter les inflammations hémorroïdaires, l’acné…. Crue, l’endive clarie la chaleur et produit des liquides. Cuite, elle tiédit l’Estomac, apaise le Shen, l’Esprit et transforme les glaires.

Pour la petite histoire : La tradition belge dit qu’elle nourrit le cerveau et renforce l’intelligence… Mais ce serait peut-être une blague belge !

La poire est de nature fraiche, de saveur douce et acide, avec un tropisme Poumon/ Estomac. Elle produit les liquides ; avec 85% d’eau, ce fruit sera très intéressant pour hydrater l’organisme et apaiser la soif. Elle humidifie la sécheresse du Poumon, rafraichit la chaleur, transforme les glaires. Elle traite la toux sèche, l’asthme, la gorge douloureuse, la trachéite, l’aphonie. Elle traite aussi la toux avec mucosités. Riche en eau et en fibres, elle va aussi traiter la constipation.

De plus, la poire protège le Cœur. Le jus de poire appelé aussi « Boisson de la douce rosée produite par le ciel » va pouvoir traiter l’hypertension artérielle, prévenir les maladies cardiaques, hépatite A ou B, voir la cirrhose du foie et aussi les cancers du nez, larynx, pharynx, poumon ou sein.

Le pignon de pin, comme les graines de tournesol et de courge, est de nature tiède, de saveur douce et de tropismes Foie/ Poumon/ Gros Intestin. Il humidifie le Poumon et arrête la toux. C’est un petit laxatif doux car il lubrifie les intestins. Il aura une action sur le Foie et sur les vertiges, en calmant la montée du Yang du Foie. C’est aussi un fortifiant du cerveau 


Comme vous le voyez, ma salade aura des vertus intéressantes pour le Poumon, un aspect un peu détox pour clarifier l’énergie, mais aussi sur le moral, comme cela semble être confirmé dans les aliments. Donc régalez-vous bien, en vous faisant du bien !

Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources :

« Ces aliments qui nous soignent » de Philippe Sionneau et Josette Chapellet (Ed Guy Trédaniel)

« Diététique des 4 saisons » de Chen Jun et Pierre Sterckx (Ed Presses universitaires Guang Ming)

« Manger mieux pour vivre mieux » de James Wong (Edition Hachette Cuisine)

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout