Rechercher

Confiture de quetsches de St Amour

Dernière mise à jour : sept. 21


Quand arrive l’automne, on a envie de desserts plus chaleureux, plus épicés, tels que les poires au vin, mais aussi les tartes aux quetsches ou pommes relevés de cannelle. Vous connaissez ma passion pour les confitures (plus de 20 recettes déjà sur ce blog !) et l’envie m’est venue de faire une confiture de quetsches qui rappellent un peu le vin chaud et l’Alsace, cette région que j’adore. Alors pourquoi avec du vin de St Amour ? Car les quetsches me font un peu penser à quelque chose, surtout lorsqu’elles sont en paires, pas vous ? Alors associées à un vin d’un aussi joli nom, comment ne pas craquer et imaginer que cette confiture va réveiller de vrais délices des sens et aura peut-être des vertus aphrodisiaques. Bien sûr, vous pourrez utiliser un autre très bon vin, mais bon ! La magie va t’elle opérer de la même façon ? Et l’équilibre avec la cannelle, le gingembre frais et l’étoile de badiane est juste parfait. Vous allez vous régaler !...


Confiture de quetsches de St Amour

Ingrédients pour 6 pots : 1,5kg de quetsches si possible de nos belles régions françaises, 700g de sucre de canne blond, 175 ml de vin de St Amour (ou autre bon vin), 1,5 citron, 3 bâtons de cannelle, 2,5 cm de gingembre frais, 1 étoile de badiane


Bien nettoyer les quetsches, les essuyer avec un torchon propre, enlever les noyaux et les couper en 8, suivant leur grosseur. Peser les fruits et calculer 500g de sucre par kilo de fruits. Les mettre dans un plat creux (pas en fer), les recouvrir de sucre et laisser reposer en remuant pendant 6 heures. Presser les jus de citron, les rajouter, ainsi que les bâtons de cannelle, le gingembre épluché et finement émincé et l’étoile de badiane.

Faire cuire, si possible dans un chaudron en cuivre, à feu vif, pour commencer et baisser le feu lorsque la confiture commence à bouillir. Compter 15mn, à partir de l’ébullition, pour une première cuisson, en pensant à remuer régulièrement, avec une cuillère en bois. Enlever la mousse qui se forme sur le dessus, avec une écumoire. Le lendemain, 24 heures plus tard, refaire la même opération, pendant 10 à 15mn. Bien penser à tourner régulièrement pour éviter de brûler le fond de la marmite. Vérifier si la cuisson a suffi, en mettant une cuillère de confiture sur une soucoupe froide, restée 15mn au congélateur : la confiture doit avoir la bonne consistance et figer sur la soucoupe.

Pour la préparation des pots (je préfère les pots avec couvercles à visser) : les stériliser, en les faisant bouillir 10mn, avec leurs couvercles, les mettre à sécher. Verser la confiture très chaude, dans les pots, en essayant de ne pas en mettre sur les bords, sinon essuyer avec un torchon propre humide. Les refermer et les retourner tout de suite, tant que la confiture est chaude (c’est cela qui va faire un appel d’air). Les couvrir, à l’envers, d’un torchon propre et attendre que les pots soient froids pour les retourner et coller de belles étiquettes.


Indications thérapeutiques, selon la Diététique Chinoise :

La prune (le quetsche) est de nature neutre, de saveur acide et douce, de tropisme Foie/ Estomac/ Reins. Comme tous les fruits de saveur acide et douce, elle va produire (et retenir) les liquides, apaiser la soif. Elle va aussi clarifier la chaleur vide du Foie, pouvant ainsi traiter les transpirations nocturnes, la chaleur des os, la fièvre chronique apparaissant le soir ou la nuit, l’hépatite chronique, mais aussi les démangeaisons du cuir chevelu et les pellicules abondantes. Pour info, plus la prune est foncée, violette, et plus elle contiendra de polyphénols (qui luttent contre le vieillissement des cellules) bons pour le Cœur !


Le sucre de canne blond est est de nature neutre et de saveur douce, de tropismes Rate/ Estomac/ Poumon : il tonifie la Rate, humidifie le Poumon, atténue les tensions et les spasmes.


La cannelle est de nature tiède, de saveur douce et piquante, avec un tropisme Rate/ Estomac/ Cœur/ Reins. Elle va réchauffer la Rate et l’Estomac, tonifier le Yang et disperser le froid, surtout au niveau de l’abdomen, pouvant traiter la frilosité, les diarrhées et vomissements liés au froid. Elle active aussi le sang et désobstrue les méridiens, pouvant traiter aussi les douleurs post-partum ou rhumatismales. Elle sera intéressante pour les personnes âgées qui ont une mauvaise circulation, des douleurs et toujours froid aux mains et aux pieds.


Le gingembre frais est de nature tiède, de saveur piquante, de tropisme Poumon/ Rate/ Estomac.

Il va libérer la surface, favoriser la transpiration, pour éliminer les attaques externes de froid, réchauffer le Poumon, soulager la toux avec expectorations peu épaisses. Il réchauffe l’Estomac et le foyer moyen, en cas de coup de froid sur le ventre. Il sera en effet très efficace, pour traiter les nausées, arrêter les vomissements de façon très spectaculaire, quelle qu’en soit la cause, et même pour atténuer le mal des transports. Comme il active aussi la circulation du sang, il sera intéressant en cas de règles douloureuses, stases de sang et douleurs en général. Il arrive, de ce fait, en tête de liste parmi les plantes aux propriétés anti-inflammatoires. Il aura aussi une action pour éliminer la toxicité de certains aliments ou médicaments, ce serait une sorte d’antidote.


La badiane est de nature tiède, de saveur piquante et douce, avec un tropisme Rate/ Rein. Elle tiédit le Yang de la Rate et des Reins, disperse le froid par vide ou plénitude, régularise le Qi et traite les douleurs abdominales par froid, la constipation, les lombalgies et problèmes urinaires par vide de Yang. Elle serait recommandée aux mères qui allaitent.


Le citron est de nature fraiche et de saveur acide, de tropismes Estomac/ Poumon : il harmonise l’Estomac et humidifie le Poumon. Dans cette recette, il va permettre la conservation !


Voici donc une confiture bien tonifiante, pour les grands froids et l’humidité à venir !

Bonne dégustation à vous !


Recette écrite par Pascale Perli "Madreperla" avec pour sources:

« Ces aliments qui nous soignent » de P. Sionneau et J. Chapellet (Ed Trédaniel)

« Manger mieux pour vivre mieux » de James Wong (Edition Hachette Cuisine)




47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout