Rechercher

Cheese-cake cru à la patate douce violette


Je suis fascinée par l’utilisation de la couleur naturelle des aliments en cuisine et surtout de la couleur violette, signe que les aliments utilisés de cette teinte sont bourrés d’antioxydants, surtout d’anthocyanes, très utile contre le vieillissement cellulaire et surtout pour traiter la baisse de la vision : on en retrouve en grande quantité dans les myrtilles, mais aussi tous les fruits et légumes violets. Je vous ai déjà parlé de la patate douce (cf lien suivant "la patate douce pour booster l'immunité"), dont les japonais centenaires d’Okinawa sont très friands, dans leur régime alimentaire, mais encore plus lorsqu’elle est violette. Ils l’appellent « Ube ». Il est vrai que l’on n’en trouve pas si facilement que cela chez nous, mais avec un peu de chance, vous pourrez en acheter dans certains magasins bio ou épiceries asiatiques, les préférer bien sûr cultivées en Europe, ce qui se fait de plus en plus avec la patate douce classique. Comme je m’intéresse beaucoup aux bloggeuses de cuisine américaines qui sont friandes de recettes santé riches en couleurs, surtout dans les desserts, je me suis lancée dans la création d’un cheese-cake violet avec de la patate douce et franchement cela a été une réussite. La patate douce étant déjà subtilement sucrée, elle s’adapte bien à l’option dessert, mais j’ai quand même dû relever sa saveur avec zeste et jus de citron, pour parfumer et donner un peu de relief à cette douceur. Cela ne vous rappelle rien en Médecine Chinoise ? La saveur acide contrôle la saveur douce et lorsqu’un plat est trop sucré, un peu de citron peut relever, sublimer le plat. Je suis donc ravie de vous partager cette recette et ses intérêts thérapeutiques.


Cheese-cake cru à la patate douce violette

Pour 4 personnes : 2 patates douces violettes (soit 400g environ), 150g de spéculoos, 60g de beurre fondu, 300g de fromage frais type St Moret ou Philadelphia, 20cl de crème entière liquide, 5 c. à soupe de sucre de canne, 1 sachet de sucre vanillé, 1 citron bio (pour le zeste), 2 feuilles de gélatine, une barquette de myrtilles et quelques feuilles de menthe pour la décoration


Eplucher la patate douce et la couper en petits morceaux. La cuire 20mn, jusqu’à ce qu’elle devienne tendre.

Ecraser les biscuits spéculoos dans un robot et les mélanger avec le beurre fondu. Beurrer un moule (si possible avec un fond amovible, sinon préparer 4 parts individuelles, avec des cercles à remplir), tasser au fond, de façon régulière, la pâte faite avec le biscuit écrasé.

Réserver le moule au frais.


Pendant ce temps, mixer dans un robot la patate douce, rajouter le fromage frais, le sucre, la vanille, le zeste d’un citron, le jus d’un citron.


Faire tremper dans de l’eau froide la gélatine. L’égoutter et la mettre à réchauffer légèrement dans un peu de crème liquide et remuer jusqu’à ce qu’elle soit complètement dissoute dans la crème. La rajouter dans le mélange et mixer encore un peu. Transférer dans un plat creux.

D’autre part, monter le restant de crème liquide en chantilly avec un batteur électrique.

Rajouter cette crème délicatement au mélange.

Verser sur le fond de pâte, bien égaliser la surface avec une spatule, mettre un film et garder au frais au moins 3h, l’idéal étant de préparer ce gâteau la veille !

Décorer avec quelques myrtilles fraiches et feuilles de menthe. Régalez-vous bien ! C’est beau et c’est bon pour la santé !


Intérêts thérapeutiques de la patate douce violette :

La patate douce est de nature neutre, de saveur douce, avec un tropisme Rate/ Estomac/ Gros Intestin. Elle tonifie et régularise l’énergie du Foyer Moyen, Rate et Estomac. Elle traite la fatigue chronique, mais aussi la constipation, car elle produit les liquides.

Elle serait aussi un des meilleurs aliments pour favoriser la vision (avec la carotte et la baie de Goji). Ce serait le légume préféré des centenaires d’Okinawa. Elle est beaucoup plus riche en minéraux, en vitamine C et E que la pomme de terre, en ayant un index glycémique plus bas, ce qui la rend intéressante pour le diabète, le surpoids.

Au niveau d’études récentes, elle renfermerait une protéine qui stimulerait la production de globules blancs et, du coup, le système immunitaire. De par sa couleur orange vif et son fort taux de bêta-carotène, elle aurait des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires.

Si elle est violette, elle renfermera encore plus d’antioxydants, surtout des anthocyanes présents dans les myrtilles. Elle aura, de par sa couleur violette, plus d’impact pour soutenir le Rein, dans son action de faire diminuer l’hypertension artérielle et d’empêcher le vieillissement des cellules du cerveau, ce qui permettra une action fort intéressante pour ralentir la perte de mémoire et booster l'immunité.

Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources :

« Ces aliments qui nous soignent » de P.Sionneau et J.Chapellet (Editions Guy Tredaniel)

« Manger mieux pour vivre mieux » de James Wong


408 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout