Rechercher

La lentille : Super-aliment pour tonifier l’énergie et le sang

Mis à jour : janv. 31


Connaissez-vous cette expression : « Perdre son âme pour un plat de lentilles » ? Elle nous viendrait de la Genèse, de l’histoire des frères jumeaux Esaü et Jacob, dont l’ainé, Esaü, premier fils de Rébecca et d’Isaac, est tellement affamé en rentrant de la chasse, qu’il supplie son frère de lui cuisiner un plat de lentilles, quitte à en perdre son droit d’ainesse, comme quoi on pourrait se damner pour des lentilles !

On retrouve 4 fois dans la Bible les lentilles citées. Récoltée depuis plus de 10 000 ans, la lentille est l’une des premières graines cultivées sur terre. On en retrouve des illustrations dans les temples et sépultures de pharaons. Pendant longtemps, on a appelé la lentille, « la viande du pauvre », à cause de ses super qualités nutritionnelles, surtout au niveau de l’apport en protéines : 100g de lentilles cuites peuvent nous apporter la moitié de nos besoins quotidiens, mais attention de bien penser à les associer avec une céréale pour potentialiser cette capacité à nous fournir des protéines végétales.

Remède favori d’Hippocrate, la lentille n’a pas toujours eu la côte, car justement considérée comme plat du pauvre, mais aussi à cause des risques de flatulences et ballonnements. Même Hildegarde de Bingen, au Moyen-Age, disait de celle-ci : « Elle provoque des tempêtes dans les humeurs qui sont dans le bas du ventre ». Car il est vrai que la lentille, comme toutes les légumineuses, mérite une attention particulière quant à sa préparation et cuisson. C’est mieux de la faire tremper quelques heures avant, voir une nuit, puis de la cuire sans sel (car le sel risquerait de les durcir) avec, au choix, une feuille de laurier, un peu de curcuma, un morceau d’algue kumbu ou encore du bicarbonate de soude, pour éviter d’avoir des gaz. Il serait aussi intéressant pour favoriser leur digestion de boire une décoction de gingembre, en fin de repas.

Très étonnant comme cette petite graine a pu, selon les époques et les cultures, être signe de pauvreté, de mauvaise augure ou au contraire de prospérité (sûrement liée à ses qualités nutritionnelles exceptionnelles) ! Il y a toutefois une tradition que je pratique chaque année le 1er janvier : Manger des lentilles pour être riche dans l’année. Dans certaines familles juives, on mangera des lentilles tous les 1er du mois. Je vous donne ci-dessous plusieurs recettes à base de lentilles, dont celle de ma fameuse soupe du 1er janvier.


Selon la Diététique Chinoise, quels sont les pouvoirs thérapeutiques de la lentille? La lentille, très courante dans la cuisine indienne et dans notre tradition française, n’existait pas en Chine, dans la classification classique des aliments, mais ayant des vertus thérapeutiques non négligeables, les diététiciens chinois contemporains s’y sont intéressés, comme au quinoa d’ailleurs et ont donné les indications suivantes : les lentilles sont de nature neutre, de saveur douce, avec un tropisme Rate/ Reins/ Cœur.

Elles enrichissent le Jing, l’essence des Reins, tonifient le Qi et nourrissent le Sang. Elles sont préconisées pour le développement du fœtus, tout le long de la grossesse, pour favoriser la croissance, pour traiter la fatigue, l’anémie, les crampes. Elles régulent le Qi du Cœur et font baisser le cholestérol et la glycémie, car riches en antioxydants de la famille des flavonoïdes. Comme toutes les légumineuses, elles éliminent l’humidité et facilitent la diurèse. Très intéressantes donc pour les diabétiques (avec un IG bas à 35 et 115 calories en moyenne, pour 100g de lentilles cuites) et pour favoriser l’amincissement, tout en soutenant l’énergie !

Riches en protéines et en fer (3,3mg/ 100g), elles seront intéressantes pour les végétariens qui ne mangent pas de viande. Elles représentent aussi une source intéressante de magnésium, potassium, phosphore, cuivre, manganèse et de calcium, mais aussi de vitamines du groupe B : B9 (intéressante pour la femme enceinte) et B3 (pour le métabolisme énergétique) et de fibres qui les rendront intéressantes pour faciliter le transit.

Attention toutefois à ne pas en abuser en cas de fort taux d’acide urique !


NB : On m’a souvent demandé s’il y avait des différences thérapeutiques suivant les couleurs. Je pense que oui, mais ne l’ai vu spécifié dans aucun manuel.

La lentille corail, de couleur orange, sera certainement plus intéressante pour la Rate, la lentille verte (du Puy) pour le Foie et la lentille noire (Belluga) pour nourrir l’essence des Reins, comme la spécificité du sésame noir ou du haricot noir, très riches en antioxydants, pour renforcer l’immunité et ralentir le vieillissement.


A cuisiner : Petit salé aux lentilles, en salades (voir mes recettes ci-dessous) ou en soupes (voir mes recettes ci-dessous). Pour changer des pois-chiches, on pourra aussi préparer un houmous à base de lentilles vertes ou corail.


Soupe de lentilles du 1er janvier


Velouté de lentilles corail façon dhal


Salade de lentilles, façon taboulé


Salade de lentilles, betterave, féta


Houmous de lentilles corail


Article écrit par Pascale Perli « Madreperla », avec pour sources :

Le blog « Hari&Co »

Le blog « Books of Dante »



1,176 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout