Rechercher

Millet aux fèves, citron confit et coriandre

Dernière mise à jour : juin 9

Voici une nouvelle recette que je viens d’expérimenter qui peut s’avérer intéressante et d’actualité : le millet aide à mieux supporter certains traitements médicamenteux. Comme en ce moment, la vaccination peut donner sur certaines personnes quelques effets secondaires, je me suis dit que proposer une recette à base de millet serait bien appropriée.

N’ayant pas trop l’habitude d’utiliser cette céréale, je me suis demandée comment l’accommoder pour la rendre plus appétissante. La graine sera cuite dans un bouillon de légumes et revenue ensuite, sans trop l’écraser, dans un peu d’huile d’olive avec un petit oignon nouveau rouge, une pointe de cumin, de belles fèves et beaucoup de coriandre. Cela en fera en plus, par son association Céréale + Légumineuse un plat végétarien parfait, avec une protéine végétale très reconstituante. Le millet est une céréale peu couramment utilisée dans notre cuisine, mais que la tradition chinoise apprécie pour ses spécificités et bienfaits que vous retrouverez en fin de mon article. Celle-ci est très tonifiante et recommandée pour soutenir le système digestif en cas de traitements lourds médicamenteux. Mon maître chinois, Baï Yunqiao, en parlait souvent aux patients. On pourra préparer avec cette céréale des gruaux traditionnels pour traiter la fatigue, renforcer l’immunité que vous retrouverez dans les livres de Bruno Soustre « Le livre santé des bols chinois » ou de Josette Chapellet "A la découverte de la Diététique Chinoise", sinon comme un riz au lait, avec un lait végétal ou de vache, sinon en soupe, avec un morceau d’agneau, un bouillon cube et des légumes façon harira, soupe marocaine.


Millet aux fèves, citron confit, cumin et coriandre

Pour 4 personnes : 200g de millet, 400g de fèves surgelées (ou mieux fraiches), 2 cubes de bouillon de légumes, 2 petits oignons rouges frais, 2 petits citrons confits, ½ bouquet de coriandre, 1c à soupe de cumin en poudre, huile d’olive, sel, poivre


Faire bouillir une casserole d’eau salée et y cuire les fèves surgelées, soit 6mn, à partir du moment où l’eau rentre à nouveau en ébullition. Les essorer.

Faire bouillir dans une autre casserole 1 litre d’eau avec les bouillons cubes. Y jeter le millet le cuire 20mn. L’essorer en fin de cuisson.

Eplucher l’oignon rouge et l’émincer. Le faire revenir légèrement dans une sauteuse avec l’huile d’olive, lui rajouter la poudre de cumin, le millet cuit, les fèves et le citron confit coupé en petits morceaux. Faire revenir 5mn l’ensemble sans trop écraser la céréale. Saler, poivrer. Rajouter à la fin la coriandre lavée et ciselée.

Déguster bien chaud !


Intérêts thérapeutiques des aliments principaux selon la Diététique Chinoise :

Le millet est de nature fraiche, de saveur douce et salée, de tropisme Rate/ Estomac/ Reins. Le millet apparenté à la graine des oiseaux est la plus petite céréale avec l’amarante. Celle-ci est très intéressante, comme toutes les céréales, pour tonifier la Rate et le Qi du Foyer Moyen, pour traiter l’inappétence, les nausées, les régurgitations acides et la distension abdominale. Comme elle est de nature fraiche, elle pourra clarifier la chaleur de l’Estomac et aussi la chaleur vide. Les médecins chinois préconisent souvent des gruaux de millet, en cas de traitements médicamenteux lourds, pour aider le système digestif à mieux assimiler les traitements, mais aussi pour traiter les aphtes causés par la chimiothérapie. Cette céréale est aussi Intéressante pour traiter la boulimie, lorsqu’on se retrouve face à un vide de Rate et une chaleur d’Estomac, avec envie compulsive de manger. Ayant un tropisme Reins, elle a aussi des propriétés diurétiques.

Pour la petite histoire, il fut longtemps la principale céréale avant le riz en Chine. Une divinité « Le Prince Millet » en porte d’ailleurs son nom !

Attention ! Pas de contre-indication, sauf ne pas l’associer à l’amande d’abricot (des fois que cela vous vienne à l’idée…)


La fève est de nature neutre, de saveur douce, de tropismes Rate/ Estomac. Elle tonifie le Qi, l’énergie du foyer médian, Elle est vraiment recommandée contre le Vide de Rate, pour traiter l’inappétence et les selles molles. A noter : la fève aurait 3 à 5 fois plus de protéines que les autres légumineuses. Comme toutes légumineuses, elle élimine l’humidité et favorise la diurèse, intéressante en cas d’œdèmes et de surpoids, avec, comme toutes les légumineuses, un index glycémique bas.


L’oignon rouge, de par sa coloration rouge, serait réputé être plus Yang que l’oignon jaune. Il est de nature tiède et de saveur douce et piquante, de tropismes Poumon, Rate, Estomac. Etant considéré comme plus réchauffant, il sera utilisé pour tonifier le Qi et le Yang de la Rate, renforcer l’énergie digestive, atténuer les douleurs abdominales. Il sera aussi intéressant pour régulariser le Poumon, prévenir et enrayer les attaques de Vent Froid, libérer la surface et favoriser la transpiration, fluidifier les mucosités, soutenir le « Wei Qi », le système immunitaire.

Les recherches actuelles lui donnent comme propriétés un fort pouvoir antioxydant, hypoglycémiant, de faire baisser le cholestérol et les triglycérides. Il a aussi une action intéressante anticoagulante, en prévention pour les problèmes cardio-vasculaires. Cuit, il a des propriétés anti- infectieuses et antibiotiques.

Grâce aux anthocyanes (couleur rouge presque violette, comme dans les myrtilles), l’oignon rouge contiendrait 100 fois plus de polyphénols, d’antioxydants que les oignons blancs, ce qui se comprend avec la vision Médecine Chinoise, qui considère qu’il est plus Yang et donc plus tonifiant que l’oignon classique !


La coriandre est de nature tiède, de saveur piquante et de tropisme Rate/ Foie/ Poumon. Elle libère la surface, favorise la digestion et les éruptions.


Bon appétit à vous ! Régalez-vous bien en vous faisant du bien !

Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources :

« Ces aliments qui nous soignent » de P.Sionneau et J.Chapellet (Ed Guy Trédaniel)

« Le livre santé des bols chinois » de Bruno Soustre ( Editions Dauphin)

« Manger mieux pour vivre mieux » de James Wong (Editions Hachette cuisine)




307 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout