Rechercher

Papillote de cabillaud aux blettes et tomates

Mis à jour : janv. 30

Souvent, je vous raconte que l’on peut faire très simple en cuisine, et en même temps très bon. Pour le poisson, j’adore apprécier son gout subtil, juste avec une cuisson vapeur ou court-bouillon, un filet d’huile d’olive, un tour de moulin de poivre de Madagascar et le tour est joué : simple, délicieux et surtout prendre le temps d’apprécier l’aliment dans son aspect le plus brut. Voici donc une recette hyper simple, qui ne demande pas trop de préparation et qui n ‘en sera que meilleure avec des aliments de qualité. Il faut vraiment savoir apprécier les aliments dans leur essence et leur simplicité ! La cuisson en papillote pour le poisson est excellente pour cela : un équilibre parfait entre le four (Yang) et la vapeur qui se crée lorsque l’aliment est enfermé (Yin) !

Dépêchons-nous de la préparer, car ce ne sera bientôt plus la saison des tomates et des blettes, mais vous pourrez, pour une version plus automnale, remplacer par du fenouil ou poireau en lamelles (l’idéal est de le faire sauter un peu avant pour le précuire avant de le mettre dans la papillote), du citron confit, un peu de curcuma ou cumin, pour une version plus épicée et orientale.

Vous trouverez les indications thérapeutiques des aliments principaux, en fin de recette.


Mettre votre four à chauffer à 180°.

Rincer et éponger les pavés de cabillauds. Poser sur le fond d’un grand carré de papier aluminium (ou si vous préférez de papier sulfurisé) votre pavé de cabillaud, l’entourer de feuilles de blettes, rajouter des tomates et citron coupées en tranches. Arroser d’un filet d’huile d’olive. Saler, poivrer.

Bien refermer les papillotes pour que l’intérieur puisse cuire à la vapeur, sans que les liquides s’échappent. Mettre au four pour 15mn à 180°.

Servir bien chaud avec une semoule de couscous ou du quinoa.

Intérêts thérapeutiques des aliments principaux :

Le poisson en général, est de nature neutre et de saveur douce. Etant comme la viande une chair animale, il va tonifier la Rate/ Estomac, pour favoriser la production de Qi et de sang, mais sans générer, comme les viandes, de mucosités. Attention toutefois, les poissons peuvent générer de la chaleur à la peau et des allergies cutanées. Les poissons seront recommandés en cas de fatigue, d’anémie, de faiblesse ou de maladies chroniques.

La blette est de nature fraiche, de saveur douce, de tropismes Poumon, Gros Intestin, Estomac. Comme l’épinard, le persil, beaucoup de légumes à feuilles verts, elle est bourrée de chlorophylle, donc va bien nourrir le Sang et traiter l’anémie, le manque de fer. Elle clarifie la chaleur, élimine la toxicité, surtout au niveau du Poumon et Gros Intestin, et traiter angine et constipation par chaleur sécheresse. Elle favorise la sortie des maladies éruptives, au niveau de la peau, mais dans ce cas, plutôt le jus de blettes, en application externe, pour faire sortir la rougeole, par exemple.

Attention toutefois en cas de vide de Yang de Rate (car rafraichit) et interdite si calculs rénaux !

La tomate est de nature fraiche à froide (suivant les auteurs), de saveur douce et acide (c’est un fruit !), de tropismes Estomac et Foie : elle va produire les liquides, nourrir le Yin, surtout en cette période estivale de canicule, apaiser la soif et éviter la sécheresse. Elle va rafraichir le sang et calmer les saignements liés aux excès de chaleurs qui lèsent les vaisseaux (comme les saignements de nez ou de gencives). Elle tonifie l’Estomac, favorise la digestion, dissipe la stagnation d’aliments et traite l’inappétence, surtout liée aux fortes chaleurs. De par sa nature froide, sa forte teneur en pectine et fibres, elle traite la constipation de type chaleur, augmente le péristaltisme intestinal et accélère le transit.

Ayant aussi une action pour nourrir le Yin du Foie, elle sera intéressante en cas de sécheresse oculaire et même pour traiter certains troubles de la vision, comme l’héméralopie ou en prévention de la cataracte.

Voici donc une recette pour tonifier le Qi et le sang, nourrir les liquides, du Poumon, du Gros Intestin et de l’Estomac. Elle sera intéressante en début d’automne, pour éviter la sècheresse, mais dès les premiers froids, attention de ne plus abuser de tomates et de blettes qui rafraichissent le corps. Comme je vous le disais en introduction, on modifiera cette recette avec du fenouil, du poireau ou de l’oignon qui, au contraire, seront des légumes de nature tiède, plus réchauffants et tonifiants pour le corps.

Bon appétit à vous ! Faites vous plaisir en vous faisant du bien !

Article écrit par Pascale Perli « Madreperla »

Sources : « Ces aliments qui nous soignent » de Josette Chapellet et Philippe Sionneau (Editions Guy Trédaniel)

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout