Rechercher

Choux de Bruxelles au chorizo

Le temps passe tellement vite et heureusement parfois… car il est très agréable de sentir les premiers rayons de soleil de ce fameux printemps arrivé avec le Nouvel An Chinois, depuis début février. Alors ! Youpi ! On va vers les beaux jours, le renouveau, la renaissance, peut-être la fin de cette épidémie qui nous a bien affaibli, au niveau de l’Energie, mais aussi du moral.

Sauf que moi, je suis super en retard sur les recettes d’hiver que je voulais vous partager… donc en voici quelques unes encore dont celle-ci, des choux de Bruxelles délicieusement rôtis au four, parfumés au chorizo. Je ne sais pas si pour vous, c’est pareil mais, en ce qui me concerne, je n’ai jamais trop aimé des choux de Bruxelles. Vous verrez qu’avec cette recette, ils deviennent un peu plus sexy que le souvenir que j’en avais de la cantine.


Le four, cet hiver, est devenu mon meilleur ami : il est très en vogue en cuisine chez les grands chefs d’aujourd’hui, du type Ottolenghi, qui sublime les légumes, comme des pièces de viande, en leur donnant toute leur noblesse avec une cuisson longue au four : par exemple, il va cuire un chou fleur entier au four, en l’enduisant de beurre et de quelques herbes aromatiques ou épices. Il suffit de l’accompagner d’une petite sauce de type satay et le tour est joué. Vive aussi les frittes de patates douces, les aubergines, les carottes, tous les légumes racines et même juste des pommes de terre en robe des champs cuits ainsi au four, c’est chaque fois sublime ! Cela demande un peu de temps : 1h de cuisson en moyenne, avec un four à 180°, plus pour des légumes plus gros entiers, type chou fleur ou chou rave !

Avez-vous remarqué que les légumes ainsi cuits au four, surtout les pommes de terre, prennent un goût plus sucré, avec ce genre de cuisson ? Pourquoi ? Car la cuisson au four qui, dans des temps plus anciens, pouvait se faire dans une cheminée et prendre en plus ce petit goût magnifique de fumé, est considéré en Diététique Chinoise, comme une cuisson très Yang, presque la plus Yang, avant la friture qui l’est encore plus. La cuisson va modifier la nature de l’aliment et vous avez bien pu ressentir que la cuisson va aussi en modifier son goût, voir sa saveur. Ceci se retrouve aussi dans l’Index glycémique : plus un aliment sera cuit à forte température, voir frit, mais aussi plus il sera transformé industriellement avec cette technique de surchauffe, plus son index glycémique va augmenter, faisant passer un aliment au démarrage de saveur douce à un aliment de saveur sucrée.

Vous avez sûrement constaté qu’une carotte cuite était plus sucrée qu’une carotte crue, idem pour un navet, un oignon, une pomme de terre en robe des champs plus sucrée qu’une pomme de terre cuite à la vapeur avec sa peau.


Donc autant vous dire que cela va être un super méthode pour sublimer ces petits choux de Bruxelles qui vont ainsi prendre un merveilleux goût de caramélisé, relevé par le pimenté du chorizo !


Choux de Bruxelles au chorizo

Pour 4 personnes : 1kg de choux de Bruxelles, 200g de chorizo (doux ou piquant, selon votre goût), 1 c.à soupe de Zaatar, 1 filet d’huile d’olive


Mettre le four à chauffer, thermostat 200°

Couper les pieds des choux de Bruxelles. Les laver. Les couper en 2, dans le sens de la hauteur. Les poser au fond d’un plat allant au four.

Ôter la peau du chorizo, le couper en petits morceaux. Mélanger avec les choux.

Saupoudrer de Zaatar et verser sur l’ensemble un filet d’huile d’olive.

Enfourner pour 20mn, remuer puis cuire 10mn de plus, jusqu’à ce que les choux soient tendres et dorés.

Servir bien chaud !


Le petit plus santé du chou de Bruxelles, selon les études actuelles :

Je vous ai déjà parlé des super pouvoirs thérapeutiques du chou, en Diététique Chinoise, voir mon article : « Le chou, en prévention contre le cancer »

Concernant le chou de Bruxelles, j’aimerais rajouter quelques éléments complémentaires, issus des dernières études scientifiques : Le chou de Bruxelles, trop mal considéré, est pourtant le champion du monde en glucosinolates, avec 237mg / 100g, soit 5 fois plus que son cousin, le chou fleur (43mg / 100g), plus même que le chou kale lui-même (89mg / 100g).

Les glucosinolates pourraient stopper la prolifération des cellules cancéreuses dans le côlon, les poumons, la vessie, les seins et l’estomac, voir pourraient les détruire.

Cela viendrait de sa vertu pour favoriser une sorte de détox naturelle faite par les cellules elles-mêmes, une sorte d’auto-nettoyage de printemps, grâce aux isothiocyanates qu’il renferme, qui augmenteraient les enzymes impliquées dans ce processus.

Avec son fort aux de glucosinolates, le chou de Bruxelles serait la variété de choux la plus intéressante en prévention du cancer.


Régalez-vous bien, en vous faisant le plus grand bien !


Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources :

« Manger mieux pour vivre mieux » de James Wong (Edition Hachette Cuisine)


Si vous voulez en savoir plus sur la Diététique Chinoise, je vous conseille mes ateliers d’initiation, sinon ma formation sur 3 WE par visioconférence qui commencera en mars 2022. Je vous conseille aussi mon livre « Le guide familial de la Médecine Chinoise » (aux éditions Mango, sorti partout en France depuis le 29/10/21) où j’explique les bases de la Diététique Chinoise et comment soigner les bobos du quotidien avec quelques conseils et recettes traditionnelles.



207 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout