Rechercher

Courgettes farcies au chèvre frais, bacon et ail des ours

Dernière mise à jour : 26 oct. 2020

J’en ai rêvé et cette plante merveilleuse médicinale, l’ail des ours, une plante sauvage, connue depuis l’Antiquité, pour ses pouvoirs thérapeutiques, est arrivée par une bonne fée dans mon assiette. Je vous poste vite mes 2 recettes, avant que vous n’en trouviez plus dans les sous-bois. En effet, c’est une plante sociale qui forme parfois de vastes colonies, dans des coins ombragés et humides ou le long des ruisseaux. Les feuilles ressemblent à celles du muguet (attention à ne pas les confondre, car celles du muguet sont hyper toxiques), mesurent de 20 à 50cm de hauteur. Elles apparaissent en février-mars, avec au début des boutons de fleurs, eux-mêmes comestibles. La récolte s’arrête d’avril à juin à la floraison de jolies fleurs blanches en formes d’étoiles, comestibles elles-aussi.



Cet ail sauvage a pour nom latin allium ursuscar elle faisait dans les temps anciens, chez les Celtes, le régal des ours à la fin de l’hibernation qui s’en servaient pour se purger. Elle est aujourd’hui très en vogue comme dépuratif, elle est vendue en condiment séchée, mais si vous pouvez la trouver fraiche, elle sera beaucoup plus efficace pour ses vertus thérapeutiques. Je vous conseille de la garder sous forme de pesto, dont je vais vous donner aussi ma recette, voir de la congeler.

En voici ses propriétés médicinales : c’est à la fois un légume, un condiment et un médicament. C’est une des plantes européennes comestibles qui contiendrait le plus de vitamine C, mais aussi du souffre, du silicium, du sélénium, du fer, du zinc, et aussi de l’acide folique, des vitamines B1, B2 et E. C’est un stimulant général de l’organisme, en plus de sa forte action dépurative, pour éliminer les toxines de l’organisme, dont les métaux lourds.

C’est aussi un antiseptique et antibiotique naturel, avec surtout une action sur les intestins et l’estomac, en stimulant la sécrétion de sucs gastriques. Il a aussi un effet hypotenseur, de faire diminuer le taux de cholestérol et un effet fluidifiant, comme son cousin, l’ail cultivé, pour éviter les thromboses. On lui donne aussi une action hypoglycémiante et amincissante. Ce serait donc une plante dépurative intéressante, pour détoxifier le corps au printemps.

Je ne sais pas si la Diététique Chinoise l’a répertoriée, dans ses aliments.

Vu ses effets thérapeutiques, je l’imagine, comme tous les condiments, et surtout l’ail et l’oignon dont elle est proche : de nature tiède, de saveur piquante, douce, voir amère, de tropismes Rate/ Estomac, voir Foie. En tant que plante sauvage, comme les champignons sauvages ou même les animaux sauvages, elle aura des qualités forcément plus Yang, plus tonifiantes que des aliments cultivés, car elle renfermera le « Jing », l’essence, puissante de la nature.

NB : Pour cette recette, si l’ail des ours ne pousse pas dans votre région, ou si ce n’est plus la saison, on peut bien sûr le remplacer par un mélange ail, persil qui donnera un goût proche !


Courgettes farcies au chèvre frais, bacon et ail des ours

Pour 4 personnes : 4 courgettes rondes bio, 200g de chèvre frais (type Billy), 200g de bacon, 16 feuilles d’ail des ours, 1 verre ½ de riz, 3 verres d’eau, 1 bouillon de poule en cube, 1 poignée d’amandes effilées, huile d’olive, sel, poivre

Mettre le four à chauffer, thermostat 180°.

Bien nettoyer les courgettes, couper les bouchons et les creuser, le mieux que vous pouvez, avec une petite cuillère, en récupérant la chair. Laver les feuilles d’ail des ours, bien les essorer dans un linge propre.

Dans un robot, mélanger la chair des courgettes avec le fromage frais de chèvre, le bacon, les feuilles d’ail des ours. Vérifier l’assaisonnement : normalement, il n’y a pas trop besoin de saler car le bacon est déjà bien salé. Remplir les courgettes de cette farce.

D’autre part, faire chauffer l’eau pour diluer le cube de bouillon.

Placer les courgettes farcies dans un plat à gratin côte à côte. Verser le riz sur le fond bien recouvert de bouillon. C’est comme cela que ma grand-mère faisait les tomates farcies.

Mettre au four thermostat 180°, pour une heure. Ne pas mettre les couvercles, les mettre de côté dans le plat et parsemer les courgettes d’amandes effilées. Vérifier surtout si le riz est bien cuit et pas trop sec, si besoin, rajouter un peu d’eau.

Il ne reste plus qu’à déguster !

Bon appétit à vous ! Régalez-vous bien, en vous faisant du bien !

Ma prochaine recette : les gnocchis au pesto d’ail des ours et pistaches !

Article écrit par Pascale Perli « Madreperla »

Source pour les infos sur l’ail des ours : le site « La boîte à santé »

146 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout