Rechercher

Velouté courge butternut, azuki, chorizo

Mis à jour : janv. 25

Dans mon exploration, tour du monde des bonnes soupes, voici celle que Lucie-Lou, ma fille, a préféré, chaleureuse et réconfortante comme il se doit, dans cette drôle de période, mais avec en plus sa touche un peu épicée, pimentée, à l’espagnole avec le chorizo. Vous allez adorer. Cette recette m’a été inspirée par « Femme actuelle », vous avez 2 possibilités : soit vous utilisez des haricots rouges en boite, soit vous pouvez vous-mêmes cuire des haricots azuki (cela demandera un peu plus de travail, mais vous pourrez mieux les cuire de façon à éviter les malencontreux gaz, en les faisant tremper d’avance et cuire avec un morceau d’algue kumbu). De plus, les haricots azuki, plus petits que ceux qu’on trouve en boite, auront à mon avis un peu plus de bienfaits thérapeutiques cuits par vous-mêmes que ceux plus gros que l’on trouve en conserve.

Cette recette, en plus d’être vraiment délicieuse, sera très intéressante pour chasser l’humidité, selon les principes de la Médecine Chinoise, car on cumulera les effets de la saveur insipide de la Courge Butternut et surtout de sa peau (que je n’épluche pas dans cette recette), des légumineuses (et surtout des haricots azuki) qui sont diurétiques et de la saveur piquante du chorizo qui va faire circuler, transpirer, en réchauffant un peu le corps. Ce n’est pas une recette répertoriée dans les classiques de la Diététique Chinoise, mais elle pourrait vraiment y trouver sa place et être recommandée pour les personnes ayant tendance à gonfler, garder l’eau, mal éliminer, ayant de l’œdème ou du surpoids. Elle va en effet tonifier l’énergie, soutenir la Rate et en même temps nous aider à mincir !


Velouté courge butternut, azuki, chorizo

Pour 4 personnes : 1 courge butternut bio (car on garde la peau), 1 oignon, 2 carottes, 2 pommes de terre, 250g de haricots rouges égouttés en boite (400g non égouttés), sinon 100g d’haricots azuki secs et un morceau d’algue kumbu, 200g de chorizo non tranché, A bouillon cube aux légumes, 1 c.à soupe de curcuma, 10cl de lait de coco, huile d’olive, sel, poivre


Si vous utiliser des haricots secs azuki : les faire tremper une nuit, les rincer, les cuire avec un petit morceau d’algue kumbu 45mn, les essorer.


Mettre un peu d’huile d’olive dans une marmite. Eplucher l’oignon, le ciseler et le faire blondir dans l’huile. Bien laver, gratter la courge butternut, la couper, lui enlever ses pépins et la couper en petits morceaux. Faire de même pour les pommes de terre et carottes.

Enlever la peau de la moitié de la saucisse de chorizo et couper en petits morceaux. Mettre les légumes et le chorizo coupés en morceaux dans la marmite, ainsi que le curcuma, et les faire légèrement dorer pendant 5 mn, en tournant régulièrement avec une cuillère en bois. Rajouter les haricots rouges (ou azuki cuits) essorés. Recouvrir d’eau, rajouter le bouillon cube, ½ poignée de gros sel. Cuire pendant 30mn. Rajouter le lait de coco. Mixer en fin de cuisson. Vérifier l’assaisonnement : saler, poivrer si besoin.

D’autre part, faire dorer à sec dans une poêle le restant de chorizo, coupé en fines tranches.

Servir bien chaud avec les tranches de chorizo grillées.

On pourra rajouter une petite pointe de piment, suivant si le chorizo est plus ou moins fort, et aussi suivant les goûts !


Intérêts thérapeutiques des aliments principaux, selon la Diététique Chinoise :

La courge butternut : Du point de vue de la Diététique Chinoise, les courges d’hiver (potimarrons, citrouilles, courges musquées, butterntut…) sont tonifiantes pour l’énergie, car de nature tiède, de saveur douce (saveur de tonification), et ayant un tropisme Rate/ Estomac, elles ont aussi un grand intérêt, elles sont de saveur insipide, de ce fait elles permettent d’éliminer l’humidité et de favoriser la diurèse, car c’est surtout la peau qui, dans ce type de courge peut être mangée, qui leur donnera ce fort pouvoir thérapeutique. Et comme la peau de l’aliment va avoir une action sur notre peau, cela confirme l’effet sur le vieillissement cutané, mais aussi pour traiter l’œdème. Pour cette dernière action, on utilisera en pharmacopée chinoise, la peau de courge calebasse séchée, donggua pi.

Garder et manger la peau augmenterait aussi 5 fois plus le taux de carotènes !

L’action de ces caroténoïdes, en tant qu’antioxydant, permet d’éviter les attaques de radicaux libres, responsables du vieillissement de la peau, avec la possibilité d’agir sur l’acné et l’eczéma, ainsi que sur le système cardio-vasculaire, car permettant de faire diminuer le mauvais cholestérol.


Le haricot azuki est de nature neutre, de saveur douce et acide, de tropismes Cœur/ IG/ Rate/ Gros Intestin. Comme toutes les légumineuses, il renforce la Rate pour favoriser la diurèse et éliminer l’humidité, voir même la chaleur/ humidité. C’est la meilleure pour traiter l’œdème, le surpoids et favoriser l’amincissement. Les Chinois disent qu’il ne faut pas manger trop d’azuki, sinon on risque de finir trop maigre ! Il harmonise aussi le sang. Il traite les hémorroïdes, les diarrhées malodorantes, les mycoses, ictères. Il stimule aussi la lactation.

Les recherches actuelles l’ont confirmé : plus le haricot sec est coloré, plus il est riche en polyphénols, donc en fibres et en nutriments, avec bien sûr un taux plus bas pour les haricots blancs, très bon sur les haricots rouges et excellent pour les haricots noirs ! La science confirme aujourd’hui ce que les Chinois avaient découvert il y a plus de 2000 ans, concernant la différence de qualité nutritionnelle des haricots secs, en fonction de leur couleur.

Attention toutefois : ce haricot est déconseillé aux personnes aux personnes souffrant d’incontinence urinaire, mictions fréquentes nocturnes incontrôlables, ou aux individus trop maigres qui cherchent à prendre du poids.


Les épices (aussi présentes dans le chorizo) sont de nature tiède, de saveur piquante, elles vont rajouter du piquant au plat, mais aussi au corps, elles ont pour fonction de libérer la surface, favoriser la transpiration, chasser le froid, mais aussi de tonifier l’énergie, si elles ne sont pas consommées en excès. Par cette fonction de dispersion, les épices douces seront intéressantes pour favoriser la circulation du Qi, de l’énergie.


Prenez bien soin de vous !


Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources :

« Ces aliments qui nous soignent » de P.Sionneau et J.Chapellet (Editions Guy Tredaniel)

« Manger mieux pour vivre mieux » de James Wong

Une recette de « Femme actuelle »

550 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout