Rechercher

Tartare de bœuf aux saveurs asiatiques

Dernière mise à jour : sept. 21

Voici une recette qui ne va pas plaire à tout le monde : âmes sensibles végétariennes s’abstenir !... Et il est vrai que dans la culture chinoise, contrairement d’ailleurs à la culture japonaise, on ne mange pas cru, ni la viande, ni le poisson, ni encore les légumes crus.

« Ce que la casserole n’a pas cuit, c’est ton corps qui va devoir le cuire! », proverbe chinois que je vous répète souvent, surtout d’ailleurs pour les crudités qui s ‘avèrent assez compliquées à digérer pour le corps humain, surtout quand le Feu digestif est faible.

Concernant les tartares, carpaccios…de viande ou les cevice, sashimi, sushi…de poisson, j’avoue en être assez fan, il y a quelque part une pulsion un peu archaïque, voir sauvage à aimer cela et je comprends tout à fait que cela ne plaise pas à tout le monde. Bien sûr, ne pas en abuser et ne pas faire comme le font les citadins qui ont la flemme de se préparer à manger, commander des sushis tous les 2 jours, car ce n’est ni écologique, pour ces pauvres saumons élevés en élevages industriels, ni éthique pour le pauvre gars sur son vélo qui va venir nous livrer sous la pluie, payé une misère…

Attention aussi d’être sûr de la fraicheur et de la qualité des produits si vous mangez une viande ou un poisson cru ! Les japonais ont trouvé une bonne astuce : manger du gingembre au vinaigre, en prévention des intoxications alimentaires, car le gingembre a pour propriété d’éliminer les toxiques. Mais n’empêche !... La fraicheur doit être au top !


Pour changer du traditionnel tartare de bœuf que l’on peut commander dans les brasseries, préparé avec des câpres ou cornichons, œuf, ketchup et Worcester sauce, tabasco, voici ma version aux parfums asiatiques. Je l’ai servi avec des frittes de patate douce, au Zaatar, cuites au four.


Tartare de bœuf aux saveurs asiatiques

Pour 2 personnes : 250g de viande de bœuf hachée ultra fraiche, 1cm de gingembre frais, 1 gousse d’ail, 1 oignon vert frais, coriandre fraiche (ou persil selon goût), 1 c. à soupe de sauce de soja, 1 c. à soupe de jus de citron, 1 c. à soupe d’huile de sésame grillée, sel, poivre, quelques gouttes de tabasco (facultatif, selon votre goût !)

Pour les frittes de patate douce : 1 grosse patate douce, 2 c. à soupe d’huile d’olive, 1 c. à soupe de Zaatar (sinon d’origan), 1 c. à café de paprika, sel, poivre


Commencer par préparer les frittes. Préchauffer le four à 200°.

Eplucher et couper en frittes d’1cm d’épaisseur la patate douce. Dans un bol, mélanger les frittes avec l’huile d’olive, le Zaatar, le paprika, sel, poivre pour qu’elles soient toutes bien imprégnées.


Mettre un papier alimentaire, sur la plaque du four, y poser les frittes côte à côte, sans les superposer. Mettre au four pour 30mn environ, jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées. Si besoin, les retourner en cours de route. Les sortir au dernier moment pour qu’elles soient bien chaudes. Ressaler un peu si besoin.


Pendant le temps de cuisson, préparer le tartare. Eplucher et presser l’ail et le gingembre, hacher finement l’oignon frais (on peut garder un peu le vert des feuilles). Laver, enlever les tiges et hacher finement la coriandre fraiche (1 grosse poignée par personne). Mélanger tous les ingrédients dans un bol avec la viande. Vérifier l’assaisonnement.


Garder 15mn au frais, pour que le citron cuise un peu la viande et que les parfums s’imprègnent bien.

Servir le tartare bien frais, avec les frittes bien chaudes !

Bon appétit !


Pourquoi c’est bon pour la santé, selon la Diététique Chinoise ?

Le bœuf est de nature neutre à légèrement tiède, de saveur douce, de tropisme Rate/ Estomac. Comme toutes les viandes, il tonifie la Rate, tonifie le Qi et nourrit le Sang, ce qui le rendra intéressant en cas de fatigue chronique, d’anémie, d’inappétence, de transpiration spontanée, de souffle court. Il fortifie les muscles, les tendons, les os et sera recommandé en cas de retard de croissance, de faiblesses et douleurs des 4 membres.


Les épices, comme l’ail et l’oignon, mais aussi les herbes aromatiques sont de nature tiède à chaude, de saveur piquante, elles vont rajouter du pep’s au plat, mais aussi au corps, elles ont pour fonction de libérer la surface, favoriser la transpiration, mais aussi de tonifier l’énergie, si elles ne sont pas consommées en excès. Par cette fonction de dispersion, les épices douces seront intéressantes pour favoriser la circulation du Qi, de l’énergie.


Le gingembre frais est de nature tiède, de saveur piquante, de tropisme Poumon/ Rate/ Estomac. Il va libérer la surface, favoriser la transpiration, pour éliminer les attaques externes de froid, réchauffer le Poumon, soulage la toux avec expectorations peu épaisses. Il va aussi réchauffer l’Estomac et le foyer moyen, en cas de coup de froid sur le ventre, traiter les nausées, arrêter les vomissements. Comme il active aussi la circulation du sang, il sera intéressant en cas de règles douloureuses, stases de sang et douleurs en général. Il arrive, de ce fait, en tête de liste parmi les plantes aux propriétés anti-inflammatoires. Il aura une action pour éliminer la toxicité de certains aliments ou médicaments, ce serait une sorte d’antidote. Intéressant ici si l’on consomme la viande crue !


La patate douce est de nature neutre, de saveur douce, avec un tropisme Rate/ Estomac/ Gros Intestin. Elle tonifie et régularise l’énergie du Foyer Moyen, Rate et Estomac. Elle traite la fatigue chronique, mais aussi la constipation, car elle produit les liquides.

Elle serait aussi un des meilleurs aliments pour favoriser la vision (avec la carotte et la baie de Goji). Ce serait le légume préféré des centenaires d’Okinawa. Elle est beaucoup plus riche en minéraux, en vitamine C et E que la pomme de terre, en ayant un index glycémique plus bas, ce qui la rend intéressante pour le diabète, le surpoids.

Au niveau d’études récentes, elle renfermerait une protéine qui stimulerait la production de globules blancs et, du coup, le système immunitaire. De par sa couleur orange vif et son fort taux de bêta-carotène, elle aurait des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires.


Régalez-vous bien, en vous faisant du bien !

Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources d’inspiration :

« Ces aliments qui nous soignent » de P.Sionneau et J.Chapellet (Ed Guy Trédaniel)

« Manger mieux pour vivre mieux » de James Wong





158 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout