Rechercher

Sacrée aubergine!

Dernière mise à jour : 24 sept.

Moult variétés de formes et couleurs pour ce légume-fruit (fruit au sens botanique et non culinaire) qui n’a pas toujours fait l’unanimité! De la famille des Solanacées, originaire d’Asie, contrairement aux pommes de terre et tomates, découverts et rapportés du Nouveau Monde (Amérique du Sud), l’aubergine aurait été domestiquée il y a environ 3000 ans, en Extrême-Orient.


Longtemps mal considérée,car de la famille des Solanacées (plantes toxiques comme la mandragore, la dattura ou la belladone), on l’appelait le légume des sorcières et même en Italie, son nom « melanzana » (la pomme malsaine) lui viendrait de cette mauvaise réputation ! On l’accusait de rendre fous ceux qui la consommaient et de provoquer une « mélancolie aiguë », car trop amère pour être honnête. Sainte Hildegarde de Bingen ne lui reconnaissait, à la fin du Moyen-âge, qu’un seul bénéfice, celui de lutter contre l’épilepsie.


L’aubergine eut beaucoup de mal à être acceptée sur les tables européennes jusqu’au XIXème siècle, alors qu’elle était très utilisée dans la cuisine ottomane.

On la trouve aujourd’hui dans toutes les cuisines du monde, ainsi que de nombreuses variétés, de beaucoup de formes et couleurs différentes, dont la forme ovoïde qui lui a donné son nom anglais « eggplant ». Quand on voit toutes les recettes qu’il existe partout dans le monde et aussi les effets thérapeutiques de ce légume-fruit, on a du mal à comprendre qu’il ait pu être boudé aussi longtemps. Attention toutefois à respecter la saison où il est cultivé naturellement dans nos jardins: de juin à octobre. Hors cette période, comme les tomates, il n’aura plus les mêmes bienfaits car poussés sous serre, hors sol, et de plus, l’aubergine sera un peu trop rafraichissante pour le corps, ce qui est parfait en été, mais beaucoup moins approprié en hiver.

C’est aussi un légume qui ne se mange que cuit! Cru, il est toxique, ce qui lui a sûrement donné longtemps sa mauvaise réputation!


Selon la Médecine Chinoise: L’aubergine est de nature fraiche (comme beaucoup de légumes d’été, comme la tomate, le concombre, la courgette), de saveur douce et de tropismes Rate/ Estomac/ Gros Intestin (voir Foie), avec une action surtout sur le système digestif (ulcère, hémorragie digestive). De par sa nature fraiche, elle sera intéressante pour activer et rafraichir le sang. Comme elle agit de manière prioritaire sur le Gros Intestin, elle soulage les inflammations intestinales, surtout lorsque celles-ci peuvent donner des saignements. Elle va pouvoir traiter la constipation par chaleur/ sécheresse, avec selles sèches difficiles à évacuer (étant très fibreuse, elle favorise le péristaltisme), elle sera aussi intéressante pour traiter et calmer les douleurs des hémorroïdes.

On pourra aussi utiliser l’aubergine crue en cataplasmes, en cas de furoncles, morsures d’insectes ou l’ulcère variqueux ou diabétique, car elle clarifie la chaleur au niveau de la peau, ainsi que séchée, en poudre, pour traiter les hématomes (voir recettes ci-dessous).

En Orient, on utilise l’aubergine carbonisée et réduite en poudre pour se blanchir les dents.


Les recherches actuelles lui donnent un bon taux d’antioxydants, surtout de la catégorie des anthocyanines, comme tous les aliments de couleur violette, raison pour laquelle il est important de consommer sa peau, car c’est surtout elle qui est riche en antioxydants. C’est aussi une source de vitamine B1 et B6, mais surtout de cuivre, celui-ci étant nécessaire à la formation de l’hémoglobine et du collagène, pour augmenter la capacité du corps à se défendre contre les radicaux libres.

C’est grâce à cela que l’aubergine aura une action intéressante pour protéger le coeur et les vaisseaux sanguins, le système nerveux, traiter l’hypertension et les maladies cardio-vasculaires, réguler la glycémie et contribuer à éliminer les toxines de l’organisme.


Précautions d’emploi : Étant de nature froide et lubrifiante, ne pas en abuser en cas de selles molles (car laxative) et de Froid par Vide de l’Estomac, elle peut aggraver les symptômes.

Comme elle active la circulation du sang dans l’utérus, à éviter en cas de règles hémorragiques et à consommer avec prudence chez la femme enceinte ou en cas de grossesses à risques.


Recettes thérapeutiques et remèdes populaires de la Diététique Chinoise:

Contre la toux chronique : Boisson à l’aubergine : Cuire 50g d’aubergine dans 2 bols d’eau, réduire à ½ bol, sucrer avec du miel. A boire en 2 fois dans la journée


Contre l’hépatite : Gruau de riz aux aubergines violettes : Couper 1 kg d’aubergines violettes, les hacher et les cuire dans 150g de riz en gruau. Manger à volonté, même plusieurs fois par jour


Contre les piqûres d’insectes : Frotter une tranchez d’aubergine sur la piqûre ou mettre un emplâtre fait d’un mélange de miel et d’aubergine écrasée.


Contre l’ulcère variqueux ou diabétique : Poser sur l’ulcère la peau violette d’une aubergine 2 fois par jour.

Attention ! Au début, cette pratique aggrave l’ulcère et donne plus de douleur, mais après une semaine, on pourra constater une amélioration.

Autre traitement possible : faire sécher au four une aubergine complète et la moudre en poudre. La poudre est à mettre telle quelle sur l’ulcère ou en la mélangeant avec de la vaseline.


Contre les traumatismes et hématomes: On utilise aussi l’aubergine séchée en poudre, mélangée avec un peu d’eau ou d’alcool de riz. Cette recette est très utilisée en Chine, dans les arts martiaux.


A cuisiner : En caviar d’aubergines, le fameux « baba ganoush » libanais, rôties au four avec quelques épices ou de la pâte miso, farcies, en salade, en moussaka ou sautées à la Sichuanaise.


Domburi aux aubergines


Pizza à l'aubergine de Sicile


Tarte rustique aux aubergines et oignons de Groix

Caponata sicilienne

Parmigiana d'aubergines


Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources:

« Ces aliments qui nous soignent » de P.Sionneau et J.Chapellet (Editions Guy Trédaniel)

« Manger le dragon » (Compendium de diétothérapie en médecine chinoise) de Claude Emile Racette (Editions CCDMD)

« Petite et grande histoire des légumes » d’Eric Birlouez (Editions Quae)


Si vous voulez en savoir plus sur la Diététique Chinoise, je vous conseille mon livre « Le guide familial de la Médecine Chinoise » (aux éditions Mango) et aussi mes formations à la Diététique Chinoise (Programme et dates sur ce site)


245 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout