Rechercher

Curry de cocos au lait de coco

Dernière mise à jour : oct. 11

C’est la fin de la saison des haricots blancs à écosser que j’adore dans la soupe au pistou (une des premières recettes de famille que je vous ai publiée), mais j’avais envie d’en faire une version indienne plus exotique et intéressante comme nouvelle version de curry de légumes. Vous avez sûrement déjà testé ma recette de curry de patate douce, épinards, pois chiches.

J’ai trouvé pour cette recette de beaux haricots à écosser de Paimpol, un vrai régal !

Il y a mille et une façons sur cette base d’associer des légumes de saison et une légumineuse à du curry et lait de coco, Vous allez voir, c’est facile et tout le monde, grands et petits, va adorer manger des légumes de cette façon-là. Il ne reste plus qu’à cuire du riz pour accompagner ce plat et vous voilà partis pour un voyage tout en épices vers les Indes, mais aussi à manger des protéines végétales, grâce à la fameuse association : céréale + légumineuse = protéine végétale.

Lorsqu’on essaie de manger moins de viande (ce qui est plus qu’essentiel et obligatoire aujourd’hui pour lutter contre les élevages intensifs, la maltraitance animale et les gaz à effets de serre !) ou qu’on soit végétarien, il ne faut pas oublier que les acides aminés contenus dans les légumineuses ont besoin de s’associer aux acides aminés des céréales pour vraiment avoir une fonction de protéine. En Diététique Chinoise, céréales et légumineuses étant en majorité de nature neutre (sauf le soja de nature fraiche) et saveur douce, cette association va tonifier le Qi, mais aussi, grâce aux légumineuses, nourrir le Sang et traiter la fatigue physique et mentale, ainsi que le vide de Sang (anémie, vertiges, palpitations, vision trouble, aménorrhée, spasmophilie, crampes, voir insomnie…).

Voici à nouveau une assiette idéale parfaite, dont je vous parle souvent dans mes recettes, cours et bientôt dans mon prochain livre qui sortira le 29 octobre prochain « Le guide familial de la Médecine Chinoise » aux éditions Mango, co-écrit avec Gilles Donguy et Alain Tardif.


Curry de cocos au lait de coco

Pour 4 personnes : 500g de haricots cocos à écosser (soit environ 350g de haricots blancs), 1 courgette, 3 carottes, 5 feuilles de chou chinois,1 oignon, 1 feuille de laurier, 1 c. à soupe de curry, 40cl de lait de coco, 1 c.à soupe d’huile de coco (ou huile neutre), sel, poivre


Ecosser les haricots cocos. Les faire cuire 30mn avec une feuille de laurier et un peu de sel

Pendant ce temps, éplucher l’oignon et l’émincer finement. Eplucher les légumes et les couper en petits morceaux.

Faire chauffer un peu d’huile et y faire blondir l’oignon émincé. Rajouter le curry et le faire légèrement revenir avec les oignons 1minute. Rajouter les haricots blancs cuits et les légumes coupés, les faire dorer légèrement en tournant avec une cuillère en bois. Rajouter le lait de coco, couvrir, baisser le feu et faire mijoter environ 40 mn l’ensemble jusqu’à ce que les haricots soient bien tendres. Vérifier l'assaisonnement, saler, poivrer.

Servir chaud avec un riz blanc et un peu de coriandre fraiche (facultatif).


Quand la saison des haricots cocos à écosser sera passée, rien ne vous empêche de faire cette recette avec des haricots secs (les faire tremper la veille et cuire avec une feuille de laurier ou un morceau d’algue kumbu 1 heure minimum, favoriser les haricots noirs en hiver pour soutenir l’énergie des Reins), ou haricots en boite, sinon des lentilles vertes ou corail ou des pois chiches en boite !


Intérêts thérapeutiques des aliments principaux, selon la Diététique Chinoise :

Le haricot blanc est de nature neutre, de saveur douce, de tropisme Rate/ Estomac. Il tonifie la Rate, harmonise le Foyer Moyen. Comme toutes les légumineuses, il élimine l’humidité, favorise la diurèse. Il régule la glycémie. Il a toutefois moins de vertus thérapeutiques que le haricot rouge qui a un tropisme Cœur et qui sera plus intéressant pour traiter les œdèmes ou le surpoids, ou encore mieux le haricot noir qui, de par sa couleur, a un tropisme Reins (il en a aussi sa forme) et sera très intéressant en plus pour tonifier l’essence des Reins, mais aussi le Yin du Foie et traiter le vent, les acouphènes, les rhumatismes et renforcer les os et les ligaments.

Les recherches actuelles l’ont confirmé : plus le haricot sec est coloré, plus il est riche en polyphénols, donc en fibres et en nutriments, avec bien sûr un taux plus bas pour les haricots blancs, très bon sur les haricots rouges et excellent pour les haricots noirs ! La science confirme aujourd’hui ce que les Chinois avaient découvert il y a plus de 2000 ans, concernant la différence de qualité nutritionnelle des haricots secs, en fonction de leur couleur.


La carotte est de nature neutre, de saveur douce, (crue, elle peut comme le navet, être un peu piquante, mais devenir plus douce et sucrée, après la cuisson), avec un tropisme Poumon/ Rate/ Foie. Elle renforce le Foyer médian, dissipe la stagnation d’aliments, harmonise le Qi de la Rate et de l’Estomac, traite l’inappétence, la digestion difficile et la distension abdominale. Elle abaisse le Qi de l’Estomac, mais aussi du Poumon, pour traiter la toux. La carotte nourrit surtout le Foie et éclaircit les yeux, traitant la baisse d’acuité visuelle, l’héméralopie et aussi la sécheresse oculaire. Elle traite aussi la constipation par sécheresse, mais aussi la sécheresse de peau, les démangeaisons du cuir chevelu et les pellicules. De par son action de tonification de la Rate pour produire le Sang, c’est un aliment intéressant pour traiter l’anémie, le vide de Sang, surtout du Foie. La carotte sera recommandée en cas d’anémie chez les enfants. Par son action de nourrir le sang du Foie et par conséquent aussi de détendre le Foie, cela explique ce que les grand-mères disent : qu’elle aurait la faculté de rendre aimable ! Et pour expliquer qu’elle rend les fesses roses, cela viendrait de son action humidifiante sur la peau et colorante, grâce à son fort taux de bêta-carotènes qui renforce la résistance de l’épiderme contre les rayons ultraviolets.


Le curry, non répertorié dans la liste des aliments chinois, étant un mélange d’épices, devraitêtre de nature tiède, de saveur piquante, avec un tropisme Rate/ Rein, intéressante pour réchauffer le foyer moyen et soutenir le Yang du Rein pour réchauffer toutes les fonctions du corps. Comme beaucoup d’épices de saveur piquante, il aura la fonction de faire transpirer, de libérer la surface et de chasser le froid par la transpiration. Intéressant en cas de coup de froid sur le Poumon ou l’Estomac.


Le lait de coco est de nature neutre, de saveur douce, avec un tropisme Rate/ Estomac/ Gros Intestin. Il tonifie l’énergie, le Qi et traite la fatigue, l’inappétence. Attention ! Ne pas confondre le lait de coco qui est issu de la chair et reconditionné en lait de coco. Le jus est plutôt de nature fraiche, il sera désaltérant et traitera les diarrhées causées par la canicule. La chair qui sert à faire le lait de coco sera plutôt, lui, laxatif, pout traiter la constipation par sécheresse du Gros Intestin. Il a aussi une action vermifuge. Pour tonifier le Qi, on préfèrera le lait de coco, de nature neutre et saveur douce, plus tonifiant au jus qui, lui, est rafraichissant !


Voici un plat bien tonifiant pour la Rate et le Poumon, en cette saison d’automne !

L’associer avec du riz (une céréale) lui potentialisera ses vertus pour en plus nourrir le Sang ! Régalez-vous bien, en vous faisant le plus grand bien !


Article écrit par Pascale Perli « Madreperla » avec pour sources :

« Ces aliments qui nous soignent » de P.Sionneau et J.Chapellet (Ed Guy Trédaniel)



449 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout